Kaya
Kaya

Kaya

Seggae Ile Maurice

Player Audios

Seggae experience
Play all

Seggae experience

Année :

Suite

1 - Chant lamour

Add to playlist Play

2 - Ras Kouyon

Add to playlist Play

3 - Sime la limiere

Add to playlist Play

Seggae experience

Mo la misik

Zistwar revoltan

Ersatz of Bob Marley

Racine pe brile

Seggae man

Tansyon move zyntansyon

La paix universelle

Roots of Seggae

Seggae nu lamizik

Biographie de Kaya

KAYA est né dans le ghetto de Roche-Bois le 10 août 1960, issu d*une famille de 5 enfants. Son père pêcheur ne pouvant subvenir à son éducation, le place sous la tutelle d*un oncle. Joseph n*aura pas une enfance très heureuse. Métis mulâtre et indien, il est victime très jeune du ...

KAYA est né dans le ghetto de Roche-Bois le 10 août 1960, issu d*une famille de 5 enfants. Son père pêcheur ne pouvant subvenir à son éducation, le place sous la tutelle d*un oncle. Joseph n*aura pas une enfance très heureuse. Métis mulâtre et indien, il est victime très jeune du racisme et se retrouve livré à lui même, devant trouver des petits boulots dès l*âge de 8 ans.
A 16 ans, il décide d*apprendre la guitare ; il reprend les hits de Mike Brant, Santana, Deep Purple ... et anime les bals et mariages avec son premier groupe, "Wind and Fire".

Joseph découvre vite le reggae et Bob Marley devient son idole, il adoptera même le surnom de KAYA, en hommage à l*album du même nom.
Fini les Mike Brant et autres groupes de pop. Il se consacre à présent à interpréter les chansons de Bob, avec un certain mimétisme d*ailleurs. Repéré pour ses talents de guitariste, il intègre le groupe de Lélou Menwar, chanteur séga contestataire, reconverti au reggae. C*est avec lui que KAYA fera ses premiers véritables concerts et ses premiers pas en studio pour enregistrer l*album Letan lenfer.

De retour de tournée, KAYA décide de réunir quelques amis de Roche-Bois et de créer le groupe RACINETATAN, du nom d*un prince malgache révolté exilé à Maurice. Très influencé par le reggae et son message, KAYA reprend de nombreux hits de Marley et interprète aussi ses compositions. Mais il se pose de plus en plus de questions sur ce concept de « Roots & Culture ».
Doit-t-il s*accaparer le reggae et la culture jamaïcaine ? Doit-t-il l*adapter à sa réalité ? C*est dans cette atmosphère de reflexion et de créativité, qu*en 1986 il a l*idée de génie de mélanger le reggae avec le blues local, le séga.

SEGGAE TIME NOW

Fort de son inspiration, KAYA parvient à intercaler les "triolets" du sega dans le rythme binaire du reggae, inventant ainsi le SEGGAE.
Cependant, même au sein de son groupe, on est pas trop enclin à jouer cette nouvelle musique. Tout d*abord parce que le rythme n*est pas si simple, mais aussi parce que les gens veulent entendre du Marley. La route sera encore longue avant que KAYA frustré ne puisse réellement diffuser sa musique.
Comme pour de nombreux artistes précurseurs, c*est la rencontre avec un producteur un peu fou qui fera le reste.
PERCY YIP TONG est le fils de notables d*origine chinoise. Nous sommes au milieu des années 80, il arrive d*Europe où il a fait ses études, mais aussi organisé des concerts reggae et découvert le message rasta.
En rentrant au pays, Percy est heureux de voir que la musique jamaïcaine est aussi populaire et lorsqu*on lui parle d*un jeune talentueux qui s*essaie à de nouveaux sons, il n*hésite pas à se rendre à Roche-Bois pour le découvrir.
Dès la rencontre avec KAYA et les premières répétitions auxquelles il assiste, Percy reste bouche-bée par l*énergie du groupe : " Une pièce minuscule, dix rastas entassés, un son crade et des instruments pourris, mais quel rythme !
C*était nouveau, ça vous tapait dans les reins, et puis il y avait ce petit rasta à la voix et au toucher de guitare magique... ".

Sans hésitation, Percy décide de manager KAYA et Racinetatan. Il organise alors une tournée avec les Natty Rebels de Ras Natty Baby qui connait un certain succès et d*autres groupes de reggae et de séga. Les concerts gratuits attirent beaucoup de monde et créent l*évènement sur l*île. Les jeunes apprécient le reggae et Percy est persuadé que le seggae est la force de demain. Cependant l*image des rastas, trop souvent associée à la drogue et à la délinquance, reste désastreuse. Il sera trop difficile de faire connaître le seggae par les chemins traditionnels.

Il décide alors d*attiser les vieux réflexes de jalousie en lançant RACINETATAN, " la révélation mauricienne, le groupe qui déplace les foules ", dans l*île soeur, la Réunion.
S*en suit une série de concerts et surtout la sortie du premier album seggae, enregistré en 3 nuits dans les studios de radio Corail : SEGGAE NU LAMIZIK. La réussite quasi immédiate du groupe à la Réunion, attise inévitablement la curiosité des mauriciens, un peu vexés.
On les invite alors au concert gratuit pour la libération de Mandela : c*est l*émeute.
Intriguées, les mairies de l*opposition les invitent à se produire un peu partout. Vingt mille personnes devant le parlement, 44 000 au Stade National ! Fait incoyable pour une île qui compte alors à peine plus de 800 000 habitants !

Malgré la qualité médiocre de la cassette, SEGGAE NU LAMIZIK obtient des niveaux de vente jusque là jamais atteints. C*est la première fois que les stars du séga sont détronés ; le seggae est une véritable révélation, tout le monde s*y met, même Ras Natty baby qui devient vite un de ses plus important ambassadeur. Rapidement la fièvre seggae contamine tout l*Océan Indien.
Après SEGGAE NU LAMIZIK, KAYA et Racinetatan sortent "La pé universel" en 1991, "Seggae man" en 1992, "Racine pé brilé" en 1994, "Erzats of Bob Marley" en 1995, et en 1996, les albums "Zistwar révoltant" et "Chante Marley". La même année, KAYA réenregistre en numérique trois de ses premiers succès, "Simé la lumière", "Ras kouyon" et "Chante l*amour". Mastérisés en septembre-octobre 1997 à Paris, ils sortent sur un CD-3 titres intitulé "MO LA MIZIK". Ce CD sera son dernier disque et surement le plus abouti de sa carrière, au cours de laquelle il a vendu plus de 300 000 albums, dénonçant dans des textes puissants les mensonges de l*establishment et proposant des solutions à une société arc-en-ciel minée par le communalisme et le fanatisme.

En quelques années, KAYA devient un véritable héros dans tout l*océan Indien. Pourtant l*image du dread délinquant et drogué ne change pas à Maurice et KAYA continue de subir les discriminations de l*état et particulièrement de la communauté Indienne, notament à cause de la Gandia, le cannabis local, dont il prône la légalisation dans nombre de ses chansons.

UNE HISTOIRE DE MUR

Il faut bien savoir qu*à Maurice, contrairement à nombre d*endroits, il n*est pas si simple de consommer ou même de parler de l*herbe. Pour être plus précis c*est même très dangereux et sévèrement condamné.
L*état ne fait de différence entre les drogues et condamne à de fortes peines (souvent perpet) les dealers, usagers et militants. Pourtant il faut aussi noter que les Indiens du pays boivent impunément une décoction de la même herbe au nom de leur religion, sans connaître aucun problème. C*est vrai que la drogue est un véritable fléau à Maurice, notamment dans la communauté créole, déchirée par l*alcool, le subutex et l*héroine. Mais cette excuse ne fait que masquer les véritables problèmes de la société mauricienne et ne sert qu*à écraser une communauté en mal de reconnaissance, les créoles.
La peine de mort a bien été abolie, mais le président ne l*ayant pas promulguée officiellement, certains continuent de réclamer son application pour les trafiquants de drogue. Lesquels sont souvent étrangers, pauvres de surcroit, comme les passeurs Tanzaniens ou Sri-Lankais.

Pourtant, depuis quelques années, certains hommes politiques conscients du malaise, revendiquent un assouplissement de la loi, voir même une libéralisation dans un pays finalement assez consomateur. C*est le crédo de l*avocat Rama Valayden, leader du Mouvement républicain (MR). Du coup, de nombreux artistes se rattachent à sa cause et participent à ses meetings, qui prennent la forme de concerts, un peu comme les bandwagons, en Jamaïque, dans les années 70-80. Le 16 février 1999, le mouvement républicain organise un grand concert gratuit en faveur de la dépénalisation du gandia, rue Edward-VII au Réduit, quartier proche de Rose-Hill. 5 groupes sont à l*affiche, dont l*inévitable KAYA.
Valayden ouvre les festivités par un discours en faveur de la dépénalisation des drogues douces, affirmant : "mo pou amène dépénalisation, sinon mo pas pou dans gouvernement", comme l*a rapporté la presse locale. Valayden demande ensuite à la foule de voter à main levée quatre résolutions réclamant cette dépénalisation et lance un appel au Premier ministre Navin Ramgoolam pour que les personnes incarcérées pour possession de "gandia" (environ 2000, soit 75% de la population carcérale, pour des condamnations allant de quelques mois à deux ans) soient amnistiées.

Totalement enjouée par ce meeting la foule se presse et atteind rapidement les 2000 participants. Survoltés, de nombreux jeunes parmi lesquels des rastas, allument impunément leurs joints, provoquant les agents de la Special supporting, qui munis de gourdins, n*interviendront pourtant pas.

Ce n*est que le surlendemain que l*état et les forces de polices décident d*interpeler 5 personnes identifiées comme ayant fumé ou incité à fumer du gandia pendant le concert. Parmi eux, KAYA, qui avoue avoir fumé ce soir là et se retrouve illico presto incarcéré à la prison d*Alcatraz, centre de détention traditionnellement destiné aux gros dealer et criminels.
Une somme considérable de 10 000 roupies (2500Fr) est alors demandée pour la remise en liberté de l*artiste. Sa femme, aidée par ses musiciens et certains membres du MR (pas Valayden), réussit à regrouper la somme et s*apprète à mettre fin à une histoire une fois de plus ridicule et discriminante.

Cependant, suite à diverses maladresses des avocats et surtout à un manque de soutien politique du MR pour le faire libérer rapidement, KAYA ne peut pas sortir ce samedi 20 février et doit attendre le lundi pour être remis en liberté.
Seulement KAYA ne sera plus jamais libre, sa femme ne le verra plus jamais vivant, il est retrouvé mort dans sa cellule, le matin du dimanche 21 février.
Rares sont ceux qui croient à la version officielle, selon laquelle Kaya, en crise de manque, se serait brisé le crâne en se jetant contre les murs de sa cellule. Une contre-expertise demandée par la femme de KAYA, menée par un médecin-légiste réunionnais, le Dr Ramstein, viendra d*ailleurs contredire cette thèse et montrer que la victime a été battue. Elle n*a pas été, pour reprendre le « Margouillat », victime d*un « accident de mur ».

Jahmusik.net © Rubenxela 11-2003


+Voir la suite

Galerie photos

Kaya - Galerie PhotoKaya - Galerie PhotoKaya - Galerie PhotoKaya - Galerie Photo
Lancer le diaporama

Adresses internet de Kaya

Dernière Vidéo

Reportage | Racinetatane | Full Version

Derniers commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

+Plus de commentaires