Chroniques Albums

Le 25 février 2010

Ye Lo Magik Orkhestra !

Avec un peu de retard, retour sur un des albums marquant de la fin 2009 : Ye mama de Lo Griyo est un de ces disques mûri longuement. Formé en 2006, le duo Sami Pageaux-Waro et Luc Joly a pris son temps et s´est d´abord forgé une solide réputation sur scène, écumant les tréteaux de l´île, de métropole et du Québec. Auréolé du prix Alain Peters en 2007, le groupe était donc attendu au tournant !

Lo Griyo, c´est d´abord une signature sonore originale, un orchestre de poche. Sami assure la voix, les percussions et affectionne deux instruments fétiches des griots africains : la kora (harpe) et la sanza (piano à pouces) ; Luc souffle dans ses saxophones, clarinettes, flûtes et mélodica. Membre récent du groupe, Brice Nauroy triture et superpose les sons, démultiplie les voix. En studio, l´album a été produit Yann Costa, habitué des rendez-vous marquants (Zong, Jaboticaba, Nathalie Natiembé...).



Les 6 rennes, entrée en douceur aux sonorités apaisantes de la kora et des vents... toutes les couleurs du monde sont invitées pour un Servis kabaré... tendre retour en enfance en vagabondant sur le Somin lékol... Ailleurs et sa montée en puissance toute « zongienne »... Danyèl Waro fait une apparition pour revisiter son Baylo... l´album se conclut par un slam dantesque du fonnkézèr Franky Lauret en hommage au Défin Alain Peters...

Bienheureux celui qui arrivera à coller une étiquette sur la musique du groupe... Comme Hadouk Trio, Lo Griyo joue la musique d´un 6ème continent imaginaire, sans frontières, un zembrocal subtil dans lequel maloya, electro, jazz, musiques indiennes, africaines et brésiliennes se télescopent. Dans une interview, Sami Pageaux-Waro préfère parler de transe : la transe des cérémonies rituelles, mais aussi la "transe moderne laïque" des musiques électroniques. Lo Griyo, une musique ancrée dans son temps, mais qui n´oublie pas l´héritage des ancêtres.
 
Tahitiansunset

En savoir + sur Lo Griyo