Brèves

Le 16 août 2010

Sakifini...

10h : Le village de Terre Sainte porte encore les traces d’une nuit pluvieuse. Les éléments ont un peu retardé l’entrée en scène de René Lacaille et ses dalons pour le traditionnel Risofé. Mais il en faut bien plus pour arrêter l’homme à l’accordéon et les festivaliers : les stands de risofé sont vite pris d’assaut et la musique plane sur ce petit-déj pas comme les autres. Les yeux dans le bleu de la mer, secouée par le vent de la côte et bercée par les notes de René Lacaille, la foule réunie profite de cet instant hors du temps.

11h15 : direction le Conservatoire de Saint-Pierre pour la remise du prix Alain Péters. Un peu de patience, le temps de régler à la seconde près le plateau direct avec RFO. Dans la salle, on repère les candidats de cette année : Jaboticaba, Jim Fortuné, Mounawar, Tiloun, Zorro Chang et Héléna Esparon mais aussi les aînés déjà confirmés comme Gilbert Pounia ou Nathalie Natiembé. Le direct démarre : Alex, lauréat du prix en 2009, ouvre le bal de ces trente minutes de suspense à l’issue desquelles Tiken Jah Fakoly dévoilera le nom du gagnant. ça y est, c’est l’heure, le président du jury est prolixe mais le minutage du direct impose le déroulé. « Alors the winner is ? » s’impatiente Emmanuelle Haggai. « Zorro Chang ! » lance Tiken Jah Fakoly. Et le jeune artiste d’entamer, après les remerciements, un morceau piano-voix, loin de son tube « A la le son 974 » qui fait danser dans les boîtes. Un pied de nez aux étiquettes qu’on voudrait lui coller ?

Véro - Pils.re