Reportages

Le 08 août 2011

Escales de Saint-Nazaire

samedi 6 août 2011
La Météo Bondyé lao faisait craindre le pire scénario pour les 20 ans du festival : pluie battante sur la route de Saint-Nazaire. Arrivée au port sous la grisaille... et déception pour les fans d´Archie Shepp et Chucho Valdès, leur concert est annulé : le taux d´humidité a empêché l´accord des instruments...
Avant d´entamer le marathon du son 974, passage obligatoire au stand du PRMA : belle exposition maloya, conférence musicale, boutique Takamba... Alain Courbis, Fanie Précourt et Nadège Nadès étaient présents, bien décidés à partager leur passion des musiques réunionnaises et toujours à l´écoute des questions des festivaliers.

1er acte: Le Roi Soleil



19 h 15, scéne du Port  : Danyèl Waro et ses musiciens font une dernière balance sous un ciel toujours menaçant. Mais au début du concert, miracle ! Comme Tintin dans l´album d´Hergé, Danyèl Waro vêtu de blanc et armé de son kayamb commande le soleil qui fera enfin une belle apparition durable tout le long du set ! Un set impeccable bien sûr. Au risque de répéter, c´est bien le plus grand chanteur vivant de maloya qui s´exprime devant une mer humaine, électrisée par les rythmes frénétiques ou envoûtée par les complaintes du réunionnais des Hauts. Danyèl Waro chante le maloya, son maloya, avec cette voix qui pourrait tout aussi bien chanter du blues... 21 heures déjà, dernier morceau, dernières mesures, plic-ploc, la pluie revient... Vite aux abris, direction bal la poussière !

2ème acte : Balatonton



21 h 30, scène du Kabar : dans un décor "Années 30", voyage dans le temps lontan avec Fanfaroné, le dernier groupe de René Lacaille, soit René Lacaille et ses trois enfants plus un trio de cuivres (featuring Alain Debiossat du groupe Sixun !). Hommage aux orches´ en cuiv´ de l´époque, la joyeuse troupe nous fait guincher aux rythmes réunionnais mais aussi antillais et latino-américains, puisque il faut de tout pour réussir une soirée dansante ! Musiques de Maxime Laope, Claude Vinh San, Danyèl Waro (Barmine !) Alain Peters (Caloubadia !) ou Michou s´enchaînent sans temps mort. La joie des musiciens atteint le public qui danse et redanse encore. C´est que le tonton sait y faire pour mettre l´ambiance, sans chichis, pour le seul plaisir de passer un bon moment ensemble. Ca paraît simple mais c´est plus difficile qu´il n´y paraît à une époque où tout est rapidement calibré...
22 h 45, les lampions s´éteignent déjà...

3ème acte : Ten years after



Le temps de rejoindre la scène Estuaire, passage furtif devant le live de Stromae qui justement nous demande si alors on danse... Désolé Stromae, on voudrait bien mais on a rendez-vous avec Christine Salem ! Un lien particulier unit la dame des Camélias au Festival des Escales : quasiment jour pour jour, il y a dix ans, Christine y donnait un concert qui a été immortalisé sur son premier CD "Waliwa". Beaucoup d´eau a passé sous les ponts de Saint-Nazaire et c´est une Christine Salem en pleine maîtrise de son art qui débarque sur scène. Ah, cette voix... chaude, profonde, gorgée de soul. Le public réagit au quart de tour, sous le charme de cette grande dame du maloya qui nous fait voyager sur les traces du maloya de la Réunion, via des escales aux Comores, à Madagascar, à Zanzibar et au Mozambique. Lors du rappel, coupure de son qui donne lieu à un instant magique : c´est la foule qui chante et termine le concert ! Les yeux sont brillants, la joie se lit sur tous les visages, grand concert ! 

C´est déjà fini... on déambule dans les allées grouillantes du festival (40 000 spectateurs en deux jours)... bref arrêt devant une autre scène où un groupe joue un tango électronique devant un public quasi impassible, et cette vague impression d´avoir été dans le vrai avec notre parcours 974... "Musique vivante pour gens vivants" pour reprendre l´expression favorite de René Lacaille...

Merci aux artistes et un grand bravo à l´équipe des Escales de Saint Nazaire : si vous cherchez le sens du mot "convivialité", vous le trouverez à coup sûr dans ce grand festival qui a su garder une dimension humaine, à mille lieues des grosses machines à fric. 

PS : l´absent aux Escales a tort, séance de rattrapage début 2012 : Christine Salem et Danyèl Waro sont déjà programmés dans la région nantaise !

Frankie Donald