Tsenga
Tsenga

Tsenga

M’Godro Mayotte

Player Audios

Tsenga 2
Play all

Tsenga 2

Année :
2011

Suite

Tsenga 2

Biographie de Tsenga

COLLECTIF TSENGA En mai 2011, paraîtra TSENGA 2, le second disque et la première véritable création d’un collectif de musiciens mahorais dénommé … Tsenga. Tsenga a été créé en 2008, à l’initiative de deux artistes emblématiques de la scène mahoraise, MIKIDACHE et M’TORO ...

COLLECTIF TSENGA

En mai 2011, paraîtra TSENGA 2, le second disque et la première véritable création d’un collectif de musiciens mahorais dénommé … Tsenga.

Tsenga a été créé en 2008, à l’initiative de deux artistes emblématiques de la scène mahoraise, MIKIDACHE et M’TORO CHAMOU.
Un collectif dont la fondation est le fruit de la rencontre de parcours individuels, de regards partagés et de la nécessité de relever de nombreux défis.

Car, si Mayotte possède une tradition d’une grande richesse, le fonctionnement de sa scène musicale se heurte à de multiples carences. A Mayotte, le développement des artistes est pénalisé par l’insuffisance de moyens et le manque d’infrastructures pour répéter, jouer ou accueillir des musiciens venus de l’extérieur. En Europe, freinés par la petite taille du marché mahorais et l’absence de médiatisation de cette culture, les producteurs hésitent à investir sur ces artistes et leur donner les moyens de se faire connaître en dehors de l’archipel des Comores.

Convaincus que la construction de leur avenir ne viendrait pas d’une solution extérieure, MIKIDACHE et M’TORO CHAMOU ont décidé de prendre les choses en main. En shimaorais, Tsenga signifie « défricher », parce que ses membres se sont fixés pour objectif d’ouvrir de nouvelles voies. Réunir des compétences diverses (artistes, techniciens, administration … ) au sein d’un collectif pour porter en interne l’ensemble des étapes de leurs projets. Dynamiser la création mahoraise, en initiant des projets collectifs et en ouvrant des collaborations avec des artistes venus de l’extérieur. Réunir des moyens pour accompagner les artistes du collectif et permettre à cette musique de se faire connaître au delà de sa case « ethnomusicale ». Une structure pour à l’échelle de la musique, faire souffler un vent nouveau sur Mayotte et l’Océan Indien, dire qu’il n’y a pas de fatalité et montrer que c’est uni qu’il faut avancer.
Pour démarrer cette aventure, MIKIDACHE et M’TORO CHAMOU n’ont que leurs idées et leurs guitares. En 2008, ils publient sur le label de MIKIDACHE le premier opus de Tsenga, une série de reprises en duo de leurs principaux titres respectifs. Un projet fabriqué avec les moyens du moment mais qui permet de lancer la dynamique et faire taire les sceptiques.

Avec TSENGA 2, le projet prend son envol et atteint sa vraie dimension. Véritable création collective dont l’écriture a réuni cinq des auteurs les plus singuliers et modernes de la scène mahoraise. A MIKIDACHE et M’TORO CHAMOU, se sont associés ELIASSE, lauréat 2010 des Voix de l’Océan Indien, BO HOUSS, jeune rappeur qui fabrique un hip-hop à forte identité mahoraise et ZAINOUNI, chanteuse dont le répertoire confronte la tradition aux influences les plus éclectiques.

Pour accompagner les cinq auteurs, une section rythmique qui multiplie les ouvertures. Aux côtés du percussionniste ABDALLAH, garant de la touche de l’archipel des Comores, se retrouvent deux ténors des musiques africaines : les camerounais BRICE WASSY à la batterie et HILAIRE PENDA à la basse. Brice Wassy est un vieux sage, connu comme le roi du rythme en 6/8, directeur musical de l’orchestre de Salif Keita pendant 6 ans, il a accompagné les plus grands de Manu Dibongo à Don Cherry, ou Myriam Makeba et se consacre maintenant à la direction artistique pour la réalisation d’albums d’artistes africains. Hilaire Penda, c’est un groove qui sonne comme une évidence et une griffe sollicitée par des artistes des quatre coins du monde. Sur son CV, on peut croiser Mory Kante, Salif Keita, Youssou N’Dour, Susheela Raman, Trilok Gurtu, Bryan Ferry, Rokya Traoré, ou le tandem iconoclaste Bumcello. Un comorien et deux explorateurs camerounais, une section rythmique aux allures de « dream team » pour s’ouvrir à de nouveaux regards.

Les 13 titres qui figurent sur l’album TSENGA 2 ont été composés au mois de mai 2010, lors d’une résidence écriture qui s’est déroulée à Mayotte. Loin de l’ethnomusicologie, TSENGA 2 propose au public une plongée dans la musique mahoraise en l’abordant sous son angle le plus frais, moderne, créatif et pointu. Des musiciens qui puisent dans la tradition, pour écrire et chanter le prolongement d’une histoire et raconter leur île ou leurs « ils ». Les textes en shimaorais, comoriens ou français évoquent les anciens qu’il ne faut pas oublier, parlent du choix de la départementalisation, interpellent les élus, rappellent à la population les racines comoriennes qui font la richesse de sa culture, racontent la situation des enfants des rues et des immigrants clandestins venus chercher l’Eldorado à Mayotte, sans pour autant pointer du doigt le choix des uns et des autres.

L’enregistrement de l’album a été réalisé au mois d’octobre 2010, au Bathyscaphe, une ancienne exploitation agricole aménagée en lieu de résidence dans le nord de la Bretagne et le mix en décembre au studio Haxo à Paris. La sortie de l’album s’effectuera en deux temps.
Le 15 mai 2011, à Mayote, la Réunion et sur le site internet www.TSENGA.FR (pour la VPC et la vente dématérialisée). Cette première étape sera accompagnée d’une tournée qui fera escale à la Réunion (Sakifo), Mayotte, Madagascar et sur les trois îles de l’Union des Comores. En septembre 2011, une sortie dans les bacs de la métropole. Cette seconde phase sera suivie d’une série de dates (en cours de construction) dans les principales villes de France, au cours des mois d’octobre et novembre.


+Voir la suite

Galerie photos

Tsenga - Galerie PhotoTsenga - Galerie Photo
Lancer le diaporama

Adresses internet de Tsenga

Dernière Vidéo

Jeje Lewo

Derniers commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

+Plus de commentaires